Making Meaning and Keeping it Real: On Becoming a Teacher's Teacher
Les Bonnes Ondes Yoga

Blog

Possessive

Possessive

De Laurence Gay  |  Humeur  |  0 Commentaire

Il est un peu schizophrène. En anglais il se fait appeler matelas, en français carpette. Quelle ambivalence! Tantôt moelleux, tantôt fin, dans tous les cas on lui est fidèle. Ca peut se comprendre, il en sait long sur nous : il connait notre transpiration, la courbure de nos fesses, nos hésitations, notre crème pour le corps, nos peurs, notre enthousiasme et parfois aussi nos larmes.

Bon, des fois on tourne à la névrose avec lui, on ne supporte pas de se laisser dépasser les limites de son périmètre rectangulaire. Il est le gardien de notre espace d'exploration. Ses rebords nous guident parfois pour aligner nos talons dans prasarita padotanasana. Il nous rappelle à l'ordre. On le respecte pour cela.

Des fois aussi on s'éloigne de lui pour aller chercher une couverture ou saluer un copain yogi à l'autre bout de la salle et quand on le retrouve, le choc à la vue d'une aura inconnue qui vient se frotter à lui. Non mais, j'y crois pas. Elle va y déposer son mula bandha aussi pendant qu'elle y est?! Là on accourt : "Désolée, ce tapis est à moi". Comment ose-t-elle seulement penser pouvoir s'asseoir dessus?

Ceci étant dit, tout le monde n'est pas fidèle. Des gens préfèrent les relations frivoles avec ceux qu'on trouve en libre service au studio de yoga. Juste le temps d'un cours. Une rencontre insignifiante. Pour ces gens-là, il n'est qu'un accessoire anonyme. Ce malheureux a vu passer sur lui des centaines de vinyasa et des milliers puraka-rechaka-kumbacha. Certes, il est 'fait', il ne glisse plus, mais, parlons franc, ils sent des pieds.

Le mien lui a gardé son odeur du début de notre relation. Je m'en souviens comme si c'était hier. Je venais a peine de déchirer la bague cartonnée qui le maintenait roulé. J'étais maladroite. L'émotion sans doute. La bague cartonnée ôtée, je l'ai déroulé et son effluve de caoutchouc m'a submergée. L'odeur d'un tapis neuf c'est un peu la madeleine de Proust du yogi. On se remémore son premier tapis, ses premières asanas d'apprenti yogi, on est ému : et dire qu'à l'époque on ne savait même pas ou mettre les 'h' dans ardha badha padmasana. Ujjayi a coulé sur les tapis depuis. On a muri. On compte même en sanskrit, au moins jusqu'à dix-sept pour les ashtangis qui ont pratiqué à Mysore.

Je m'égare. Où en étais-je? Ah oui, la tension pranique monte, mon nouveau tapis déroulé sur le sol, je ne peux plus me retenir. Il faut que je le touche. Je retire frénétiquement mes chaussures et mes chaussettes, et j'enfile mon plus beau adho muka svanasana sur le tapis vierge. A ce propos, nous n'avons pas de données statistiques précises, mais je crois pouvoir dire sans me tromper que 90% des yogis ont élu adho muka svanasana comme étant la posture d'essai de tapis neuf préférée. Je n'échappe pas aux statistiques. Je l'avoue. Comment ça je digresse encore ? Qu'en est-il de la suite de mon essai sur le tapis neuf ?

Vous savez, je ne peux partager ces choses que dans une certaine limite. Tout ce que je peux vous dire c'est qu'on part souvent en week-end ensemble et qu'entre lui et moi c'est fusionnel. Sur les deux faces …

Laurence est professeur de yoga à Paris depuis plus de 10 ans. Elle anime aussi son blog de yoga www.laurencegay.com depuis 2010. Sa devise : être authentique, être généreux et vivre pleinement.

Partagez

Ajouter un commentaire

Les champs avec une * sont obligatoires

Inscrivez-vous à la newsletter Yoga Concept